Recherche
Magazine Be A Boss
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine

Marc Puche : quand la taille de pierre offre une vision aux entrepreneurs

Publié par le | Mis à jour le
Marc Puche : quand la taille de pierre offre une vision aux entrepreneurs

Le tailleur de pierre doit appréhender son ouvrage dans l'ensemble, suivre un plan adopté par un collectif... et apprendre à être patient. C'est ce qu'explique Marc Puche, à la tête de la formation Le Cercle de Pierres. Il y aide des entrepreneurs à repenser leur rôle.

Je m'abonne
  • Imprimer

Se retrouver face à un bloc de pierre de calcaire, un taillant à la main : comment appréhender la suite ? Pourtant, peu à peu, les coups de massettes et de ciseaux se font entendre. D'abord timidement, puis de plus en plus franchement une dizaine d'apprentis tailleurs de pierre s'essaient à l'exercice le temps d'une journée. Ce sont des participants au Cercle de Pierres, une formation dédiée aux dirigeants et aux entrepreneurs conçue par Marc Puche.

Ce dernier est lui-même un ancien tailleur de pierre, son premier métier, avant de piloter une entreprise pendant plus de 20 ans, dans le secteur de l'immobilier. Ce qui lui a donné l'envie de revenir à ses premières amours ? La possibilité d'offrir du sens au travail, même aux entrepreneurs. « Dans un contexte où de plus en plus de personnes recherchent du sens dans leur travail, l'homme a besoin de percevoir et de mesurer son action concrète et réelle. On ne peut pas faire plus concret que de tailler une pierre, justifie-t-il. De plus, dans un monde qui prône l'immatérialité la plus totale, il faut des instants de reconnexion au réel, des moments de respiration et d'inspiration. » Se lancer dans la taille d'une pierre, c'est une autre manière de se réapproprier le temps, car l'exercice requiert de la patience. Beaucoup de patience.

Entraide

Le tailleur de pierre prend connaissance du travail à exécuter (un encadrement de porte par exemple), du plan à suivre et, avec ses compagnons, chacun choisit une pierre à travailler, de manière individuelle. Il faut s'approprier la pierre, son tracé, sa taille.

Ses outils en main, le tailleur modèle progressivement le matériau. Sans être pressé, il enlève de la matière, épaisseur par épaisseur. La rigueur et la précision sont de mise, ainsi que le choix du bon outil, adapté au type de pierre (tendre ou dure). Le tailleur de pierre sait où il va, il connaît le but de sa réalisation... et il se rend compte que cela ne se fera pas en un claquement de doigts.

Les "entrepreneurs apprentis tailleurs de pierre" comprennent ainsi qu'entre une idée et sa concrétisation, il faut du temps. Il y a une stratégie à suivre et son déroulement requiert, lui aussi, de la patience. « Le chef d'entreprise mesure ainsi physiquement et concrètement la mise en oeuvre d'une idée ou d'un concept. Il se rapproche de l'exécution. Certes, son idée est peut-être géniale, mais il doit aussi s'assurer que ses partenaires aient bien compris sa vision. Il doit rendre compte de sa faisabilité et mieux estimer le temps qu'il lui faudra allouer jusqu'au livrable », glisse Marc Puche. Ici, pas de coup d'essai ni d'erreur possible.

Le moindre coup de côté fait rater l'expérience : adroit, le tailleur est attentif lors de l'exercice, sous peine de faire voler la pierre en éclats. « Chacun taille sa pierre mais, ensuite, nous les assemblons les unes sur les autres, car il s'agit avant tout de réaliser un ouvrage collectif aussi, il ne peut pas y avoir d'erreur. Si vous avez pris la mauvaise cote, le résultat ne ressemblera à rien. Chacun doit être responsable de sa tâche », confirme Marc Puche.

Heureusement, la pression est amoindrie grâce à l'entraide existant entre les différents apprentis qui viennent au secours des uns et des autres en cas de besoin. Synergie. En somme, tailler une pierre, c'est mettre en pratique le lien entre le stratégique et l'opérationnel. Le dirigeant n'est pas que la tête pensante, il doit savoir reprendre sa place au sein du collectif, tout en libérant l'autonomie de ses collaborateurs et en leur faisant confiance. « En adoptant le costume de tailleur de pierre, on redéveloppe l'agir individuel, dans un projet collectif et valorisant. Cela aide à combattre la solitude de l'entrepreneur. Ce dernier peut ainsi se réapproprier sa vision, son projet, insiste Marc Puche. Parfois, il peut même déléguer ce projet à d'autres personnes, qui se le réapproprieront elles-mêmes, selon la tradition des grands bâtisseurs de cathédrales. »

Tailleurs de pierre, maçons, charpentiers, maîtres verriers, ébénistes, forgerons... : du temps de la construction des cathédrales, chacun avait un rôle défini en vue d'un projet collectif. Et l'architecte de la cathédrale - ici le dirigeant - était sans cesse présent sur le chantier il vivait lui aussi l'avancement des travaux, tout en vérifiant l'implication de tous, embarqués dans un même objectif. Il veillait à ce que chaque expert voie son rôle reconnu, tout en mettant en synergie tous les talents présents. Parfois, il mettait la main à la pâte pour aider les compagnons, en fonction de sa formation, à sculpter ou à tailler la pierre ou le bois, à bâtir la charpente. Diriger, oui, mais toujours au nom d'un collectif.

Rééquilibrage

Même s'il est question de collectif, chaque tailleur de pierre voit son travail reconnu individuellement. Lors de la formation au Cercle de Pierres, les participants sont invités à signer leur pierre, en symbole de leur passage. Car tailler une pierre, c'est aussi en quelque sorte se construire soi-même. C'est pour cela que, selon Marc Puche, manuel et intellect sont indissociables. « Ils sont même complémentaires, intervient-il. J'ai été ouvrier, et ce qui m'a tiré vers le haut, c'est la philosophie. C'est pourquoi il faut casser le clivage qui existe entre métiers intellectuels et métiers manuels. La juste satisfaction d'un homme ou d'une femme, c'est le savoir et le faire. Il s'agit de retrouver un rééquilibrage de la vraie nature de chacun : je travaille avec mes mains, j'ai un projet qui a du sens, mais je fais aussi travailler mon esprit. »

Épanouissement

Et le créateur du Cercle de Pierres de mentionner l'allégorie des trois tailleurs de pierre : le premier qui agit machinalement, le deuxième, plus impliqué, qui envisage de monter un mur et le troisième, rayonnant, qui ambitionne de construire une cathédrale. Si le premier est triste, c'est parce qu'il se focalise sur sa tâche de manière mécanique le deuxième l'est un peu moins car il a un début de vision d'ensemble. Seul le troisième est heureux car il est motivé. Il est fier de son travail. Ainsi, il dégage une énergie que les deux premiers n'ont pas. Cette allégorie montre l'importance de donner du sens à son travail, gage d'épanouissement, malgré les difficultés et la fatigue. Soit le propre du quotidien d'un entrepreneur.

 
Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

Chef d'Entreprise Newsletter

Artisans Newsletter

Commerce Newsletter

Event

Event

Event

Les Podcasts de Chef d'Entreprise

Lifestyle Chef d'Entreprise

Artisans Offres Commerciales

Chef d'Entreprise Offres Commerciales

Commerce Offres Commerciales

Good News by Netmedia Group

La rédaction vous recommande

Retour haut de page