Recherche
Magazine Be A Boss
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine

L'amour entre associés dure 3 ans

Publié par le - mis à jour à
L'amour entre associés dure 3 ans

On ne le dit pas assez : s'associer est un engagement aussi fort qu'un mariage, si ce n'est plus. Alors, comme on le fait avec son partenaire de vie, soigner sa relation avec son associé est indispensable, au risque de s'acheminer vers des crises dont les conséquences peuvent être fatales.

Je m'abonne
  • Imprimer

Les avocats disent qu'un pacte d'associé est plus engageant qu'un contrat de mariage. Et comme dans un mariage, les associations démarrent souvent par une lune de miel... Pourtant, de nombreuses startups ont à gérer des conflits d'associés, qui peuvent mettre en péril jusqu'à l'existence même de l'entreprise.

Comme dans une relation amoureuse, on n'a pas envie d'imaginer le pire quand on commence. Pourtant, anticiper les conflits et mettre en place les mécanismes de leur gestion avant qu'ils n'arrivent est un des facteurs clés de succès d'une association.

Un couple qui ne se dispute jamais, ça n'existe pas. Des associés jamais en désaccord non plus. C'est la façon dont ils et elles gèrent ces désaccords qui font la différence entre une équipe en danger et celle qui fera des étincelles.

On choisit ses associés

Famille, amis d'enfance, conjoint, anciens collègues, réseau..., Si la manière de rencontrer son associé varie, les critères de compatibilité restent les mêmes, avec quelques invariants : des compétences complémentaires, tant techniques que soft skills, des valeurs communes, et surtout une vision partagée.

Comme dans une relation de couple, c'est dès le début que l'on définit les éléments sur lesquels on risque de se déchirer plus tard. Stratégie de financement, répartition des rôles, stratégie d'exit souhaitée... Voire la méthode de résolution des conflits. J'ai même connu des associés qui avaient leur code pour se signifier qu'il y avait un problème. Ils mangent souvent ensemble - mais si l'un d'eux propose une "raclette", c'est que les discussions porteront sur une frustration ou un désaccord.

Bien sûr, le pacte d'associés aide à clarifier un certain nombre d'éléments qui peuvent être source de malentendus ou d'acrimonie. Répartition des rôles, répartition des parts, méthode de résolution des conflits (médiation, par exemple)...

Tu veux des enfants ?

Comme il y a des sujets qu'on aborde avec un partenaire de vie avant de s'engager sur le long terme, il y a des alignements d'envie et d'ambition à vérifier avant de s'associer. Une envie d'international pour l'un ? Une envie de lever le pied au bout d'un moment pour l'autre ? Et comme dans un couple, des éléments exogènes peuvent aussi venir modifier ces ambitions. Il faut donc régulièrement s'assurer du bon alignement, voire sanctuariser un moment annuel pour refaire le point sur le sujet ensemble, en transparence.

Mais alors, pourquoi on s'engueule ?

Les causes de tension peuvent être nombreuses : manque de traction commerciale, départ d'un employé clé, levées de fonds interminables, arrivée d'un concurrent sur le marché... la liste n'est pas exhaustive. Et les causes officielles de conflits sont souvent le désaccord sur la stratégie ou les reproches sur la qualité de l'exécution. Pourtant, comme dans un couple, il y a les conflits ouverts - et les frustrations larvées.

Dans mon expérience d'accompagnement de dirigeants, j'ai eu affaire à de nombreuses causes "officielles" de conflit. Au fond, j'identifie surtout 3 raisons profondes qui mènent à un conflit ouvert.

La question du contrôle et du pouvoir. Elle peut se matérialiser autour de l'équité des rémunérations, la répartition des parts, le poids de chacun dans les prises de décisions stratégiques. Si l'un des associés s'entend dire "je peux le faire sans toi, tu ne peux pas le faire sans moi", le déséquilibre de pouvoir est clair - ressenti à défaut d'être réel. Et il peut faire des dégâts.

Le manque de confiance ou d'attention. Elle se constate dans la transparence dans les debriefs de meetings importants, ou l'inclusion dans les décisions stratégiques d'un côté, le soutien de la décision de l'autre une fois qu'elle est prise. Une simple validation du point de vue de l'autre est souvent suffisante à une discussion franche sur le sujet.

Enfin dernière raison majeure de dissension entre associés, la question du respect et de la reconnaissance. Quel est mon titre dans l'organigramme ? Quelle est la visibilité médiatique de chacun lors des prises de parole de l'entreprise ? Quelle allocation budgétaire est prévue sur les domaines de responsabilité de chacun des associés ? C'est pour éviter les conflits de ce type que le ré-alignement annuel est clé pour bien comprendre ce qui est important, pas seulement pour l'entreprise, mais bien pour chaque associé.

Les désaccords sont sains car ils permettent de confronter les idées et les perspectives. Bien gérés, ils permettent souvent d'aboutir à une stratégie plus solide que si elle avait été imaginée par l'un des associés seul. Mais il faut s'assurer de disposer des bons mécanismes pour désamorcer les conflits.

Rituels et aide extérieure

Oser dire, évidemment. La première étape de gestion d'un désaccord, c'est de reconnaître son existence.

Prendre soin de sa relation d'associés. Comme vous devez préserver votre relation de couple et sanctuariser des moments d'échange au-delà de la répartition des tâches ménagères ou des emplois du temps des enfants, vous devez préserver votre relation d'associé.

Enfin, l'aide d'un tiers. Un membre du comité stratégique. Un business angel bienveillant. Un professionnel de l'accompagnement de dirigeants. Un regard extérieur sur une situation difficile permet de faire un pas de recul - voire de côté - et de comprendre les réels enjeux. Et surtout d'imaginer une résolution différente de celle souhaitée par chaque associé concerné.

Comme un client mécontent dont on a résolu le problème peut devenir un ambassadeur, un désaccord d'associés bien géré peut donner une nouvelle énergie aux dirigeants - et par là-même à l'entreprise toute entière. Un peu comme lorsqu'une relation retrouve un second souffle grâce à une thérapie de couple. La vraie question étant : veut-on rester lié jusqu'à ce que la mort nous sépare ou bien juste faire un bout de chemin ensemble ?

Pour en savoir plus

Laura Bokobza est dirigeante-fondatrice du cabinet LBK Consulting qui aide les dirigeants à développer leur business à toutes les étapes de la vie d'une entreprise, de la start-up à l'entreprise établie. Elle est membre élue au Conseil d'Administration de l'association Finaqui des business angels de Nouvelle-Aquitaine.

 
Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

Chef d'Entreprise Newsletter

Artisans Newsletter

Commerce Newsletter

Event

Event

Event

Les Podcasts de Chef d'Entreprise

Lifestyle Chef d'Entreprise

Artisans Offres Commerciales

Chef d'Entreprise Offres Commerciales

Commerce Offres Commerciales

Good News by Netmedia Group

La rédaction vous recommande

Retour haut de page