Recherche
Magazine Be A Boss
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

Pour les entrepreneures dans les territoires défavorisés, les freins se cumulent

Publié par Colin de Korsak le - mis à jour à
Pour les entrepreneures dans les territoires défavorisés, les freins se cumulent

Les entrepreneures dans les territoires fragiles (ruraux et quartiers prioritaires), font face à des difficultés supplémentaires. Ainsi, en plus de subir des discriminations liées à leur genre, ces dirigeantes sont confrontées à des problèmes de mobilités, d'isolement et de gestion administrative.

Je m'abonne
  • Imprimer

Les entrepreneures en territoire fragiles, cumulent les freins à leur réussite et à leur épanouissement, selon une étude du Réseau des Entrepreneurs Citoyens-REC. L'enquête a été menée sur cinq territoires dits « fragiles » : l'Essonne, la Martinique, les Pyrénées-Atlantiques, à Quimperlé Communauté (Bretagne) et à Marseille. Ces zones géographiques regroupent des quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) et des zones de revitalisation rurales (ZRR).

En premier lieu, les cheffes d'entreprises issues de ces territoires font face à plusieurs freins à l'entrepreneuriat. L'étude en identifie trois : la mobilité, l'isolement et la gestion administrative. Pour commencer, les transports en commun sont insuffisants ou défaillants dans ces zones. Ensuite, les habitantes de ces territoires se sentent abandonnés, disposant d'un niveau insuffisant de services publics. De plus, les entrepreneures de ces territoires rencontrent davantage de difficultés avec la gestion administrative de leur entreprise. Ces dirigeantes ne s'estiment pas assez formées dans ce domaine.

Par ailleurs, dans les QPV étudiés, les femmes sont ainsi plus qu'ailleurs victimes du chômage et de l'inactivité. À Fort-de-France, 42 % des habitantes des QPV sont sans emploi (contre 38 % pour leurs homologues masculins). Un phénomène qui atteint jusqu'à 63 % des habitantes des quartiers précarisés de Marseille.

En outre, dans les QPV, les femmes démarrent leur activité avec un investissement inférieur à 2 000 euros.

La gestion familiale

Trouver un équilibre entre vie familiale et professionnelle est plus compliqué pour les femmes dans les territoires étudiés. Ainsi, la gestion familiale constitue un frein aux entrepreneures des QPV et des ZRR.

En Martinique, la monoparentalité est un frein majeur à la construction d'une vie professionnelle qui affecte majoritairement les femmes. En effet, 90 % des familles monoparentales sont constituées de femmes seules. Par conséquent, celles-ci se trouvent mécaniquement éloignées du marché du travail.

À Marseille, les places en crèche sont peu nombreuses et les listes d'attente très longues, offrant peu de solutions de garde aux mères. Une situation qui s'aggrave dans les quartiers sensibles. Ceux-ci sont les plus touchés par le manque de solutions de garde : le taux de couverture moyen dans les quartiers nord est de 33 places pour 100 enfants, bien en dessous de la moyenne nationale, située à 59,8. Il descend même à 24 pour 100 dans le 3e arrondissement, commune la plus pauvre d'Europe.

En matière de garde d'enfants, l'intérieur des Pyrénées-Atlantiques fait l'objet d'une prise en charge contrastée. Les zones les plus proches des montagnes possèdent ainsi une couverture d'accueil des enfants de moins de 3 ans beaucoup moins forte que sur la côte.

Les territoires de Quimperlé et de Roi Morvan Communauté, dans l'intérieur de la Bretagne, disposent quant à eux d'une bonne couverture d'accueil des enfants de moins de 3 ans. Néanmoins, dans ces territoires, la garde d'enfants demande une certaine organisation aux familles, souvent contraintes de se déplacer d'un village à un autre pour assurer leur prise en charge. Une obligation qui incombe davantage aux femmes qu'aux hommes.

Méthodologie : L'étude est fondée sur une analyse approfondie des déterminants socio-démographiques, géographiques et économiques propres aux territoires urbains et ruraux en décrochage que sont les quartiers de la politique de la ville (QPV) et les zones rurales à revitaliser (ZRR). Pour les besoins de l'étude, l'accent a été mis sur cinq d'entre eux, choisis pour leur caractère emblématique. Des entretiens (semi-dirigés et informels), menés dans les territoires en question : 8 à Quimperlé Communauté ; 11 dans les Pyrénées-Atlantiques ; 10 à Marseille ; 3 en Martinique ; 32 en Essonne ; La mobilisation d'études et de bases de données multiples (Insee, IFOP, rapports sénatoriaux et onusiens, études d'impact...).

 
Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

Chef d'Entreprise Newsletter

Artisans Newsletter

Commerce Newsletter

Event

Event

Event

Les Podcasts de Chef d'Entreprise

Lifestyle Chef d'Entreprise

Artisans Offres Commerciales

Chef d'Entreprise Offres Commerciales

Commerce Offres Commerciales

Good News by Netmedia Group

La rédaction vous recommande

Retour haut de page