Recherche
Magazine Be A Boss
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine

Formation continue : la réponse aux difficultés de recrutement des PME ?

Publié par le - mis à jour à
Formation continue : la réponse aux difficultés de recrutement des PME ?

La guerre des talents n'est pas qu'une formule journalistique. Avec un taux de chômage de 7,2 % selon l'INSEE, l'économie française flirte avec le plein-emploi. La conséquence : près d'une PME sur deux cherche à recruter. Et si la formation continue était la réponse à l'équation ?

Je m'abonne
  • Imprimer

Selon les chiffres récemment publiés par la CPME, 87 % des entreprises ont du mal à identifier le bon talent. Dans ce contexte, la rétention des collaborateurs, la capacité à faire évoluer leurs compétences dans le temps constituent des axes stratégiques ! « On réduit souvent la guerre des talents à une problématique de recrutement. Or, la guerre des talents décrit un triptyque : attractivité, fidélisation et engagement. Il faut avoir une approche systématique de l'enjeu car il n'y a pas une réponse unitaire à un enjeu unique », observe Thomas Chardin, CEO et fondateur de ParlonsRH. La formation est-elle la bonne arme dans la guerre des talents ? C'est en tout cas une arme indispensable qui concourt à des éléments de réponse forts qu'impose le marché de l'emploi.

Selon l'étude "Les Français, l'emploi et la formation", réalisée par OpinionWay pour Netmedia & Eduform'Action, 78 % des salariés considèrent la formation comme un critère important dans leur choix de carrière. Pour deux salariés sur trois, l'accès à une formation serait très important pour leur épanouissement professionnel... Pourtant, seuls 55 % des salariés français se disent satisfaits des actions de formation proposées dans leur occupation professionnelle actuelle et ils sont 52 % à juger insuffisant l'accompagnement et le conseil relatifs à la formation lors de leur entrée dans la vie active et durant leur carrière professionnelle.

Entre compétences, envie et fidélisation

Dans un contexte de pénurie de talents, « le premier levier de performance du recrutement, c'est l'amélioration de la fidélisation », souligne Thomas Chardin. Il rappelle qu'alors que l'on évoque la notion de guerre des talents, il est plus souvent question de pénurie de compétences. Or, le développement des compétences est bien la mission première de la formation continue. « Au-delà de la pénurie de compétences, les entreprises sont aussi (et surtout !) confrontées à une pénurie d'envie ! » La formation, en contribuant à élargir ou renouveler le spectre des missions que peut remplir un collaborateur, en confortant sa position dans l'entreprise, « permet parfois (pas toujours !) de redonner l'envie d'avoir envie ».

Donner un nouvel essor à une carrière professionnelle, gagner en efficacité, élargir ses horizons... les motivations des salariés qui aspirent à bénéficier de formations sont variées. « Près de neuf actifs sur dix sont convaincus qu'il est nécessaire de se former en continu tout au long de la carrière, commente Cécile Béziat, DGA d'Eduform'Action qui fédère sept organismes de formation, une école de formation initiale et deux centres de formation d'apprentis, et représente peu ou prou 60 000 apprenants par an. 83 % d'entre eux sont même convaincus que la formation leur permettra de se reconvertir plusieurs fois dans leur carrière. »

La formation continue s'impose clairement comme un vecteur d'attractivité des entreprises en phase de recrutement, mais aussi comme un levier des collaborateurs déjà en poste.

Un enjeu de reconnaissance au service de l'employabilité durable

L'étude "Les Français, l'emploi et la formation" met en exergue une autre réalité : 61 % des actifs envisagent de se former à moins de deux ans pour acquérir de nouvelles compétences. Cette urgence à bénéficier de formations fait écho non seulement aux nouvelles attentes des salariés dont les rapports avec l'entreprise ont changé. Pour Franck Roger, directeur du développement de Kedge Business School, « les collaborateurs veulent faire reconnaître leurs compétences.

Aujourd'hui, on ne se contente plus d'affirmer ce que l'on est ou ce que l'on aspire à devenir, on s'attend à ce que cela soit sanctionné par un label, une certification ou un diplôme. » Cette tendance se confirme auprès des salariés qui sont en poste. « Ils ne souhaitent pas nécessairement changer de métier, ni même d'entreprise, mais ils souhaitent que leurs compétences soient officiellement reconnues », continue l'expert. Mais ce n'est pas la seule raison de l'engouement des salariés français pour la formation continue. « Avec le développement de l'intelligence artificielle, les nouvelles formes de collaboration, les technologies émergentes, il apparaît que 85 % des métiers de 2030 n'ont pas de formation dédiée ! », note Cécile Béziat. Un point de vue partagé par Thomas Chardin qui complète : « Face au faisceau de transformations induit par le digital au sens large du terme et par l'IA en particulier, il faut prendre le virage du développement des compétences qui est seul garant de l'agilité des entreprises ».

Vaincre les difficultés, les peurs et les réticences

« Fidéliser les collaborateurs, c'est presque toujours plus rentable que de recruter à l'extérieur et il ne faut pas négliger que la formation continue est un dispositif primordial au service de la marque employeur », indique Franck Roger. Pourtant, de nombreux dirigeants hésitent à former leurs collaborateurs de peur de leur offrir un tremplin vers de nouveaux emplois... ailleurs ! « La peur de perdre un collaborateur parce qu'il a développé ses compétences, nous la refusons en bloc. La peur est la pire des gangrènes », affirme avec force Edwige Jalais, directrice commerciale d'Icônes, une imprimerie bretonne qui fonde sa stratégie de développement sur la formation continue (voir l'encadré Témoignage en page précédente). D'autant que la réalité de terrain ne confirme en rien cette idée préconçue. « Les entreprises qui sont les plus engagées dans la formation continue sont celles qui mesurent la plus forte rétention de leurs propres talents », affirme Franck Roger.

Abraham Lincoln écrivait : « Si vous trouvez que l'éducation coûte cher, essayez l'ignorance ». N'hésitant pas à le paraphraser, Thomas Chardin conclut : « Vous vous demandez combien coûte la formation, essayez le manque de compétences ! Si vous formez vos collaborateurs, vous les fidélisez. Vous en perdrez un de temps en temps, mais votre entreprise sera la première gagnante ».

Des formations sur mesure avec les OPCO

En matière de formation continue, les PME peuvent trouver un soutien précieux auprès des OPCO (Opérateurs de Compétences) dont la mission consiste notamment à assurer le financement des contrats d'apprentissage et de professionnalisation. Les dossiers peuvent sembler difficiles à monter, mais une fois ce premier écueil franchi, il suffit d'un peu de patience, il est possible d'engager un programme de formation massif et très pertinent. Ainsi, près de 20 collaborateurs sur les 25 que compte ParlonsRH vont bénéficier, pour les uns d'une formation très spécialisée sur le SEO (Search Engine Optimization), les autres sur les socialAds, notamment les social media managers. L'OPCO prend tout en charge et a développé des programmes de formation sur mesure. « Nous avons demandé une demi-journée de coaching supplémentaire pour aller plus loin dans l'appropriation des formations et l'OPCO s'est adapté », précise Thomas Chardin.


Témoignage

"Un collaborateur mieux formé, c'est une pépite au service de l'entreprise »

Edwige Jalais, directrice commerciale d'Icônes

Présente depuis 30 ans sur le marché de l'imprimerie Offset et Numérique, Icônes est dotée d'un parc de machines très étendu. « Lorsque l'on évoque la formation continue, on pense d'emblée à la formation des collaborateurs, mais la formation des managers et des dirigeants s'avère tout aussi cruciale », note Edwige Jalais. Éric Villemaire, le chef d'entreprise, a accompli une formation de 3 ans à l'APM (Association Progrès du Management). « En tant que directrice commerciale, j'ai fait un premier cycle de 3 ans à Germe et j'y suis retournée en septembre 2022. »

Le cycle Germe est une formation de perfectionnement managérial pour cadres dirigeants, dirigeants de TPE et managers confirmés. La formation continue pour Icônes s'adosse également à son adhésion à l'Impri'club, un groupement d'imprimeurs français créé en 1991. Celui-ci a mis en place un système de compagnonnage. Le collaborateur doit avoir 30 ans au maximum et passe trois semaines dans trois imprimeries membres d'Impri'club pour être formé sur une thématique choisie. « Le signal est fort car cela signifie que nous ouvrons l'entreprise à nos confrères... qui sont aussi des concurrents. Nous gommons la concurrence au service de la maîtrise de savoir-faire. Chaque année, nous envoyons nos collaborateurs effectuer ces formations », précise la directrice commerciale.

Surpasser les difficultés organisationnelles, les coûts, la peur d'envoyer des collaborateurs chez des concurrents en pleine guerre des talents, cela suppose une vraie volonté de former les équipes. « Un collaborateur qui bénéficie d'une formation, c'est une pépite qui nous revient, animée de nouveaux désirs et de nouvelles aspirations. »

 
Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

Chef d'Entreprise Newsletter

Artisans Newsletter

Commerce Newsletter

Event

Event

Event

Les Podcasts de Chef d'Entreprise

Lifestyle Chef d'Entreprise

Artisans Offres Commerciales

Chef d'Entreprise Offres Commerciales

Commerce Offres Commerciales

Good News by Netmedia Group

La rédaction vous recommande

Retour haut de page