Recherche
Magazine Be A Boss
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
  • Imprimer

Moka.care, la start-up qui prend soin de la santé mentale des collaborateurs

Publié par Julien van der Feer le - mis à jour à

Accompagner les entreprises dans la prévention de la détérioration de la santé mentale de ses salariés. C'est le concept de Moka.care, une start-up qui a levé 15 millions d'euros en série A pour accélérer son développement.

"Nous permettons aux équipes d'avoir accès à des consultations de thérapie et à du coaching". C'est ce qu'explique Guillaume d'Ayguesvives, co-ceo de Moka.care. Concrètement, les quatre premières séances sont financées par l'entreprise, mais les données et information restent anonymes.

"En aucun cas un employeur pourra savoir qu'un de ses salariés a consulté un psy par exemple. À l'heure actuelle, 15 à 20 % des équipes que nous couvrons voient un praticien dans l'année", poursuit-il.

Le principe est donc de faire de la prévention au niveau de la santé mentale. Un enjeu depuis le confinement, mais aussi dans certaines professions fortement soumises au stress. "Nous avons une définition très large de la santé mentale. Cela va de la dépression liée au burn-out, mais aussi le besoin de retrouver du sens dans son travail ou d'avoir plus d'énergie", souligne Guillaume d'Ayguesvives.

Ainsi, la mise en relation se fait avec des praticiens de la médecine du travail, des coachs certifiés ou bien des thérapeutes.

Une levée de 15 millions d'euros

Pour accélérer son développement, Moka.care a levé 15 millions d'euros en série A auprès, en autre, d'Antoine Griezmann, Blaize Matuidi ou encore Antoine Dupont.

Une somme qui va permettre à la start-up de développer sa tech, notamment dans la prévention en aidant les entreprises à mettre en place des plans d'action "santé mentale" en fonction des données récoltées et anonymisées. "Le but est de pouvoir dire : attention, votre équipe en Allemagne aurait besoin d'un suivi sur le stress au travail", développe le dirigeant.

Enfin, dernier objectif, s'étendre à l'international, notamment en Europe avec, en ligne de mire, les pays frontaliers. Pour y arriver, Moka.care va recruter et espère passer de 50 salariés à une centaine d'ici 9 mois.

La rédaction vous recommande