Recherche
Magazine Be A Boss
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine

[Tribune] Comment une ETI industrielle fait face à la hausse des prix de l'énergie ?

Publié par le - mis à jour à
[Tribune] Comment une ETI industrielle fait face à la hausse des prix de l'énergie ?

Entre inflation, hausse des prix des matières premières et sobriété énergétique, les PME et les ETI doivent faire face à une hausse drastique de leurs factures. Proteor, entreprise familiale basée à Dijon, revient sur les mesures mises en place pour réduire sa facture d'électricité.

Je m'abonne
  • Imprimer

Les entreprises sont aujourd'hui confrontées à des changements qui les poussent à s'adapter toujours plus rapidement à leur environnement. La hausse des prix ces derniers mois en est un exemple frappant et concerne directement à la fois les particuliers et les entreprises. Dans ce contexte en tension, les entreprises de type PME et ETI, comme la nôtre, subissent directement cette augmentation des tarifs.

Un secteur particulièrement touché

Proteor travaille dans un domaine de santé particulièrement cadré et réglementé, avec des prix fixés par les instances dédiées. Or, ces prix n'ont pas été revalorisés depuis 6 ans, et chaque augmentation de charges pèse très lourd dans les budgets car nous ne pouvons pas, comme d'autres entreprises, augmenter les prix de vente de nos appareillages orthopédiques.

Cela fait donc 6 ans déjà que nous empiétons chaque année sur nos budgets, et une entreprise comme la nôtre subit la hausse des prix, ainsi que l'inflation, de plein fouet. Nous tentons de faire des économies lorsque cela est possible, mais certaines dépenses, comme les postes carburants par exemple, restent indispensables et pèsent très lourd dans les budgets. Mener des actions à plus ou moins long terme et essentiel et nous permet de ne pas détériorer nos marges.

Des mesures en interne pour réduire la facture

Cette année, plusieurs mesures ont ainsi été prises en interne afin de réduire au mieux la facture de d'électricité. Proteor bénéficie d'un partenariat historique avec EDF qui nous permet de bénéficier de tarifs négociés et garantis jusqu'à fin 2023, mais plusieurs initiatives sont déjà mises en place pour réduire notre consommation.

Au niveau national, nous avons fait passer tous nos bâtiments à 19°C en journée et 16°C la nuit et le week-end. Et les travaux effectués permettent de remplacer les luminaires par des LED (ce fut notamment le cas sur les centres orthopédiques de Besançon, Niort, et Perpignan, et sur la Centrale fabrication de Seurre).

Des messages de bonnes pratiques sont également envoyés aux collaborateurs afin de les inciter à adopter les bons gestes (éteindre les lumières et les machines, fermer les volets le soir et les portes entre les ateliers...).

Le défi de la consommation en milieu industriel

Au sein de notre usine, en Seurre, toutes les machines (hors machines essentielles qui requièrent d'êtres allumées en permanence), sont éteintes le soir entre 21h et 5h du matin. Et durant les week-ends, les temps de préchauffage des étuves et des fours ont été réduits et une étude de la consommation de ces derniers est en cours afin de proposer de nouveaux fours moins gourmands en énergie.

La construction de notre dernier bâtiment logistique a été prévue dans cette logique de basse consommation (isolation et éclairage LED) et nous avons fait en sorte de le pré-équiper aux normes géothermiques afin de faciliter son rafraîchissement en été, et son chauffage en hiver.

Les dépenses liées au carburant sont aussi celles sur lesquelles il nous paraît essentiel de trouver des solutions, car il s'agit souvent de l'un des plus gros postes de dépenses des PME et ETI. Nos orthoprothésistes doivent se déplacer au quotidien afin d'intervenir dans les hôpitaux, maisons de retraite ou encore dans les centres de rééducation et nous sommes donc en pleine restructuration de notre stratégie de mobilité afin de choisir des véhicules adaptés aux besoins de nos collaborateurs et permettant de faire des économies de carburant. Lorsque cela est possible, nous faisons en sorte de privilégier des véhicules hybrides et électriques.

En conclusion, toutes ces mesures sont intéressantes, mais elles continuent de se faire à la marge, et ne permettront pas de limiter les conséquences d'une trop grande augmentation des prix. C'est tout notre rapport à l'énergie qu'il faut en réalité repenser, et notamment à l'énergie fossile, envers laquelle la croissance des entreprises est encore trop dépendante.

Biographie

Édouard Archambeaud, p-dg de Proteor

Chiffres clés

  • Création de la société : 1913
  • Effectif : 1000 collaborateurs en France, dont 200 professionnels de santé
  • CA : 130 millions d'euros
  • 7 filiales : France, Japon, Luxembourg, Allemagne, Chine, USA, Maroc, République Tchèque
Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

Chef d'Entreprise Newsletter

Artisans Newsletter

Commerce Newsletter

Event

Event

Event

Les Podcasts de Chef d'Entreprise

Lifestyle Chef d'Entreprise

Artisans Offres Commerciales

Chef d'Entreprise Offres Commerciales

Commerce Offres Commerciales

l'Essentiel by NMG

La rédaction vous recommande

Retour haut de page