Recherche
Magazine Be A Boss
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
  • Imprimer

Simundia démocratise le coaching en entreprise

Publié par Julien van der Feer le - mis à jour à

Permettre à tous les collaborateurs d'être coachés et pas uniquement les tops managers. C'est la volonté de Simundia, une start-up de 40 collaborateurs qui vient de lever 10 millions de dollars pour accélérer son développement. Aidée par la Covid-19 et le développement du travail à distance, la jeune pouce souhaite gagner des parts de marché en France, améliorer sa tech et ouvrir un bureau dans un pays européen en 2022.

"Nous faisons du coaching situationnel sur toutes les soft skills." Voilà comment Grégoire Schiller, cofondateur de Simundia, explique le concept de sa start-up. Concrètement, la jeune pousse, qui compte 40 collaborateurs, veut démocratiser le coaching au plus grand nombre. Un type de formation qui s'adresse, jusqu'à présent, aux tops managers. Comment ? "Nous avons créé du coaching situationnel, moins lourd à mettre en oeuvre. Il s'articule autour de trois séances d'une heure en visioconférence", répond le dirigeant.

Il faut dire que la Covid-19 a accéléré le développement de Simundia. "Les entreprises se sont rendu compte que tout pouvait bouger très vite et qu'il était nécessaire de former régulièrement ses collaborateurs. De plus, les jeunes générations cherchent à apprendre, c'est très important pour eux", assure-t-il. Autre point important : le travail à distance s'est démocratisé, facilitant l'adoption de la formation et du coaching en visioconférence.

Conséquence directe, Simundia a levé 10 millions de dollars en octobre. Une somme qui va lui permettre d'accélérer sur le marché français, d'améliorer l'expérience de coaching pour les coachés et pour les RH grâce à la data et, enfin, de partir à l'international en ouvrant un nouveau bureau européen en 2022. Les clients types de la jeune pousse : les grands groupes mais aussi les scale-up en hypercroissance. Pour y parvenir, l'entreprise va recruter 80 personnes d'ici un an. Un challenge RH pour une start-up de la RHTech.

La rédaction vous recommande