Recherche
Magazine Be A Boss
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
  • Imprimer

Louis Pallaro, de la voiture au vélo

Publié par Julien Ruffet le | Mis à jour le

Louis Pallaro se lance peu avant la crise sanitaire. Alors commercial en CDI chez Kia, il démissionne pour se former au métier de mécanicien cycle. Puis, un jour, l'entrepreneuriat lui tombe dessus... Il crée Pour mon vélo.

Il fait partie du cercle restreint des entrepreneurs de moins de 30 ans. Il a pourtant suivi un parcours classique... Après deux deux ans d'alternance en tant que commercial et un an d'alternance en gestion de flotte automobile, Louis Pallaro décroche un CDI chez la marque Kia. Deux ans plus tard, il revoit ses objectifs.

Du jour au lendemain, la démission et ensuite un autre chemin : celui du vélo. À 27 ans, il commence un certificat de qualification professionnelle de mécanicien cycle, à l'issue duquel il entre en stage chez un réparateur de vélo de sa ville dans l'Essonne.

L'opportunité d'entreprendre se présente alors, lors d'une discussion avec le commerçant qui, s'approchant de la retraite, souhaite céder son affaire. Après la réflexion, vient la question des fonds pour reprendre l'entreprise. 79 000 euros plus tard (dont 25 000 euros en love money, 10 000 euros de financement de la part d'Initiative Essonne et 44 000 euros en prêt bancaire), la reprise est engagée.

Accompagné par l'association Egee (spécialisée dans l'accompagnement et la transmission des compétences), Pour mon vélo voit le jour. La transmission se terminant, Louis Pallaro bénéficie des clients de son prédécesseur riche de 43 ans d'expérience. Malgré tout, l'entrepreneur souhaite renouveler l'image de l'entreprise en commercialisant de nouveaux produits autour de la mobilité deux roues. Le fondateur projette, d'ici deux ans, le recrutement d'un salarié, une opportunité sur un marché en pleine évolution.

La rédaction vous recommande