Recherche
Magazine Be A Boss
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine

Foodtech : 3 start-up françaises qui oeuvrent pour le zéro déchet

Publié par Colin de Korsak le | Mis à jour le
Foodtech : 3 start-up françaises qui oeuvrent pour le zéro déchet

Les dirigeants de Bibak, du Fourgon et de Foodles ont entrepris par conviction pour le climat. Focus sur ces trois start-up qui ont déployé leur technologie au service de leurs convictions.

Je m'abonne
  • Imprimer

Depuis le 1er janvier 2023, la loi Agec oblige les restaurateurs à ne plus utiliser de vaisselle jetable, notamment dans les fast-foods, pour les repas consommés sur place. Certaines start-up françaises n'ont pas attendu cette date pour lutter contre le gaspillage alimentaire et les emballages à usage uniques. Parmi elles, Bibak, Le Fourgon et Foodles se positionnent sur le sujet grâce à leur technolgies.

Bibak

Accompagner les acteurs de la restauration et les industriels dans la nouvelle ère du réemploi, telle est la raison d'être de Bibak. Pour parvenir à convertir les restaurateurs et les clients, la start-up a développé et mis en place des bornes de retour pour les contenants réutilisables. Elles permettent de rendre la vaisselle et de rembourser les consommateurs, elles sont déployées dans les 200 entreprises clientes de Bibak. Tous les contenants réutilisables sont traçables grâce à des QR Code ou des puces RFID, mises en place par la start-up. Afin que les restaurateurs puissent suivre leurs consignes en temps réel, Bibak a développé une plateforme sur laquelle les industriels peuvent consulter leur stock de contenants, mais aussi évaluer leur rentabilité économique et environnementale. « Sans la tech ce sera impossible d'industrialiser ce modèle », souligne Yasmine Dahmane, fondatrice de Bibak.

Bibak emploie 40 salariés et compte doubler d'effectif en 2023. Depuis sa création, la société a permis d'éviter 1,5 million d'emballages jetable et a pour objectif d'en sauver 20 millions en 2023. Bibak espère étendre son activité à l'international d'ici 2024.

Avant de fonder Bibak, Yasmine Dahmane travaillait sur une plateforme pétrolière et conseillait les entreprises du CAC 40. « J'en étais dégoûtée, j'ai quitté ce milieu-là pour donner du sens à mon activité », confie-t-elle.

Bibak travaille également avec des collectivités dont la ville de Paris, où le Xe arrondissement a été converti à la consigne, soit 100 restaurants. Dans certaines enseignes il est même possible de se faire livrer de la vaisselle réutilisable par Uber Eats.

Le Fourgon

Le Fourgon est spécialisé dans la livraison de boissons consignée à domicile et au travail. Lait, soda, jus ou spiritueux, 1000 produits sont référencés sur leur site. Une fois commandés en ligne, les produits sont livrés gratuitement sur un créneau de 2 heures. Les livreurs reviennent ensuite récupérer les bouteilles vides à domicile afin de les réutiliser. L'entreprise est présente dans 13 agglomérations, dont sept dans le nord de la France. Le catalogue de boissons varie d'une ville à l'autre pour favoriser les produits locaux.

Charles Christory, cofondateur du Fourgon s'est lancé dans cette aventure afin « que la consigne redevienne accessible à tous ». L'entrepreneur explique qu'il y a « toute une filière à reconstruire ». Il poursuit : « il faut sortir du modèle de l'emballage primaire qui est une horreur ». Pour l'heure le bilan est positif, en 2022 son entreprise a retourné trois millions de bouteilles. Créé en avril 2021 Le Fourgon compte 145 collaborateurs et 20 000 clients.

Une prise de conscience écologique

Charles Christory a pris conscience des chiffres alarmant sur climat depuis quatre ans. « Un degré de plus c'est une catastrophe », s'exclame-t-il. Le dirigeant s'est remis en question sur son mode de vie et a décidé de laisser de côté son 4X4 pour prendre le vélo. « Je prenais seulement cinq minutes de plus chaque matin à vélo pour aller travailler et j'étais plus heureux », avoue-t-il. L'arrivée au monde de ses trois enfants a aussi accéléré sa prise de position sur le sujet : « je ne veux pas que dans dix ans ma fille me reproche de n'avoir rien tenté ».

Foodles

Foodles est un service de restauration d'entreprises pas comme les autres. Grâce à ses frigos connectés, la start-up minimise le gaspillage alimentaire des collaborateurs. Les équipes de Foodles ont développé un algorithme prenant en compte l'historique de consommation des clients, les vacances ou encore la météo, pour maximiser leurs ventes. De plus, des promotions sur les produits arrivant à date limite de consommations sont proposées chaque semaine. Les invendus sont redistribués à des associations comme les Resto du Coeur et le Chainon Manquant pour nourrir les plus démunis.

Depuis un an, Foodles est une entreprise à mission qui a pour objectif de « rendre accessible au plus grand nombre la restauration d'entreprise innovante sociale et durable ». L'entreprise s'engage à réduire son impact écologique avec ses démarches zéro déchet et antigaspillages. Pour 2023 Foodles espère diminuer de 10 % l'impact carbone d'un repas et vise les 10 % de pertes de produits alimentaires, contre 13 % actuellement.

Pour son activité, Clément Bonhomme, cofondateur de Foodles, estime qu'il est « beaucoup plus écologique d'utiliser des contenants jetables » que du verre qui est plus polluant et se casse plus facilement. « Le green washing ça ne m'intéresse pas ». Ses équipes ont calculé qu'il fallait utiliser un contenant en verre 400 fois avant qu'il soit plus écologique qu'un contenant jetable. Aussi les contenants réutilisables sont beaucoup plus chers que les contenant en bagasse déployée par Foodles. Néanmoins le dirigeant reste ouvert sur le sujet, qu'il place toujours en recherche et développement.

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

Chef d'Entreprise Newsletter

Artisans Newsletter

Commerce Newsletter

Event

Event

Event

Les Podcasts de Chef d'Entreprise

Lifestyle Chef d'Entreprise

Artisans Offres Commerciales

Chef d'Entreprise Offres Commerciales

Commerce Offres Commerciales

l'Essentiel by NMG

La rédaction vous recommande

Retour haut de page