Recherche
Magazine Be A Boss
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine

Transformer la gestion des dépenses en avantage

Publié par le | Mis à jour le

Certains postes de coûts pèsent lourdement sur la trésorerie des PME, à l’image des dépenses publicitaires en ligne, devenues incontournables. Un contexte où des solutions de paiements innovantes forment une aubaine, grâce à des opérations différées et d’importantes facilités de gestion.

  • Imprimer

Quel dirigeant n’a jamais souhaité gérer ses paiements en quelques clics, différer ses règlements tout en respectant les délais auprès des fournisseurs ? Cette possibilité n’a désormais plus rien d’utopique, comme en témoigne l’offre d’American Express Pro, développée avec un double objectif d’agilité et de préservation de la trésorerie, dans un contexte économique de tension pour d’innombrables secteurs.

La société .Best, qui commercialise des domaines d’hébergement Internet avec cette extension, a mis à profit ces services pour ses activités. « La facilité de gestion du plafond de dépenses est l’un des grands avantages de la carte American Express Pro. Lorsqu’on est par exemple à l’étranger avec la nécessité d’augmenter le plafond très rapidement, l’opération est simple et immédiate, alors qu’elle reste complexe avec une banque classique », explique Cyril Fremont, PDG de l’entreprise.

« En plus des achats relatifs aux serveurs d’hébergement, nous utilisons fréquemment la carte American Express pour nos achats de publicité en ligne via Google, Facebook ou LinkedIn, un poste de coûts qui représente des montants élevés. Les factures sont réglées sans délai par American Express, et nous nous acquittons du paiement qu’en une seule opération pour l’ensemble des factures, en fin de mois. » Un avantage intéressant pour de nombreuses PME pour qui la publicité en ligne constitue une charge financière lourde. Selon l’agence Zenith, spécialiste du ROI, ce marché dépasse désormais 50 % des dépenses publicitaires globales. Il n’était que de 44 % en 2018.

Des offres de paiement adaptées à la croissance des entreprises

Le différé de paiement d’American Express peut atteindre 58 jours, ce qui permet de soulager de façon agile la trésorerie tout en gagnant du temps. La limite des dépenses autorisée est flexible et s’adapte à des niveaux qui peuvent être très variables. L’offre de paiement évolue ainsi avec l’entreprise cliente. Des conseillers se tiennent à disposition pour examiner les cas de figure et spécificités en cas de besoins particuliers ou ponctuels. A noter également que « chaque euro dépensé permet de cumuler des Miles offrant des avantages, tels que la gratuité de vols ou le surclassement en avion. Le coût des publicités étant souvent élevé, les points donnent rapidement droit à de nombreux avantages », ajoute Cyril Fremont. L’utilisateur dispose par ailleurs d’une vision claire des paiements effectués et à venir, avec une séparation plus aisée entre les dépenses professionnelles et les dépenses privées.

Le service de conciergerie associé est un autre atout attractif : en partant en voyage d’affaires à la dernière minute, il n’est pas toujours évident de se charger des réservations sur le lieu de destination comme pour un restaurant ou un lieu d’exposition où des clients sont invités. Grâce à ce service, ces démarches sont facilitées avec un gain de temps précieux.

Des paiements articulés autour de services élargis

Assurer une présence dans toutes les situations du quotidien. Telle est l’ambition d’American Express. Soucieuse de soutenir concrètement les PME dans leurs activités, l’offre de paiement s’accompagne d’un service clients disponible 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Les assurances associées couvrent les besoins en déplacement relatifs à la santé, au rapatriement ou à des matériels spécifiques. Les achats peuvent également être protégés avec des garanties de remboursement avec ou sans franchise. Pour un suivi rigoureux des différentes dépenses, une application de suivi est disponible, intégrant des fonctionnalités de notifications et d’alertes quant au timing des prélèvements.

Des trésoreries toujours aux abois

Les délais de règlement des factures dues par les PME est passé en moyenne de 10 jours au-delà de l’échéance légale en 2019 à 18,6 jours sur l’année 2020. Un écart qui n’a, jusque-là, pas été réduit, comme le souligne le dernier baromètre du cabinet ARC, spécialisé dans les recouvrements de créances.

Les tensions relatives aux trésoreries sont au cœur de ces difficultés. Mais si les entreprises se montrent intéressées par de nouvelles solutions telles que les différés de paiements, la méconnaissance constitue un frein important : seules 10 % des TPE se déclarent informées des alternatives existantes, souligne une enquête menée il y a quelques mois par l’Observatoire des TPE d’American Express.

 

La rédaction vous recommande

Retour haut de page