Recherche
Magazine Be A Boss
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine

Histoire d'entreprise : la chute de Moulinex

Publié par Antoine Fonfreyde le | Mis à jour le
Moulinex
© Adobe Stock
Moulinex

Moulinex, fleuron de l'industrie française d'électroménager, a connu un succès fulgurant avant de sombrer dans la crise. Retour sur les facteurs clés de succès et les éléments qui ont précipité son déclin.

Je m'abonne
  • Imprimer

Créée en 1932 et devenue incontournable dans les cuisines françaises, Moulinex a longtemps été synonyme de qualité, de performance et d'innovation. L'entreprise a traversé les décennies en s'adaptant aux attentes des consommateurs. Malheureusement, elle n'a pas su anticiper certaines évolutions majeures du marché et s'est retrouvée en proie à de sérieuses difficultés économiques. Découvrez les principales étapes du succès de Moulinex et les raisons qui ont conduit à sa chute.

L'essor de Moulinex : une réussite basée sur l'innovation et la qualité

Dès 1956, Jean Mantelet, fondateur de Moulinex, lance le premier robot culinaire, le Moulin-Légumes. Celui-ci était basé sur une invention belge qu'il avait brevetée en 1932 sous le nom de Passe-Vite. Ce produit révolutionnaire connaît un succès immédiat et permet à l'entreprise de se positionner comme un acteur majeur de l'électroménager. Grâce à son inventivité et à son esprit entrepreneurial, Moulinex n'a cessé de créer des produits qui facilitent la vie quotidienne des Français.

Jean-Louis Swiners/Gamma-Rapho

Jean Mantelet, le PDG de Moulinex, pose devant un moulin à légumes


Tout au long de son histoire, Moulinex a su innover en proposant régulièrement de nouveaux produits répondant aux besoins des consommateurs. Parmi les innovations marquantes, on peut citer le robot de cuisine multifonction Masterchef, le four micro-ondes Optimo et le grille-pain Toastissimo. La marque est vite devenue un gage de qualité et de fiabilité pour des millions de foyers, ce qui a contribué à son succès et à sa notoriété internationale.

Les défis du marché mondialisé et de la concurrence

À partir des années 1990, Moulinex est confrontée à une concurrence internationale de plus en plus forte, notamment en provenance d'Asie. Les coûts de production dans ces pays étant beaucoup moins élevés, l'entreprise française peine à maintenir ses parts de marché face à des produits bon marché et de qualité comparable.

Alors qu'en 1990, Moulinex détient 25% du marché français du petit électroménager et 10% du marché mondial, l'entreprise voit sa part de marché en France tomber à 18% en 1998 et sa part de marché mondiale à 6%. Elle perd sa place de leader en 2000, au profit de son concurrent SEB, qui contrôle alors 23% du marché contre 17% pour Moulinex.

Pour faire face à ces défis, Moulinex tente de se restructurer et de réduire ses coûts, notamment en fermant certaines usines en France et en délocalisant une partie de sa production. Ces mesures n'ont toutefois pas suffi à redresser la situation financière de l'entreprise, qui a continué à accumuler des pertes.

Le rôle des partenaires et des fournisseurs

Au cours de son histoire, Moulinex a noué des partenariats avec d'autres entreprises du secteur de l'électroménager, comme Tefal ou Krups. Ces collaborations ont permis de développer conjointement des technologies innovantes et de réduire les coûts de production en mutualisant les ressources.

Le fleuron industriel tricolore a également bénéficié de l'apport financier et technologique du groupe allemand Krupp, qui a pris une participation majoritaire dans le capital de Moulinex en 1988. Un soutien bienvenu qui a permis à l'entreprise de se moderniser et de se diversifier.

Néanmoins, ces partenariats n'ont pas toujours été suffisants pour faire face à la concurrence. De plus, les relations avec certains fournisseurs se sont détériorées au fil du temps, entraînant des ruptures d'approvisionnement et des problèmes de qualité. Moulinex ayant subi de plein fouet la concurrence des produits asiatiques, moins chers mais de qualité équivalente, elle a été privée de certaines pièces essentielles à la fabrication de ses produits.

Les difficultés financières qu'a connues la société l'ont par ailleurs empêchée de payer certains de ses fournisseurs dans les délais. Ces derniers ont alors cessé de livrer Moulinex et ont exigé des paiements anticipés, aggravant la situation de trésorerie de l'entreprise. Ces difficultés ont largement contribué à fragiliser la position de Moulinex sur le marché et ont entaché sa réputation.

La chute de Moulinex

La fin des années 1990 et le début des années 2000 sont marqués par une série d'événements qui précipitent la chute de Moulinex. L'entreprise est rachetée par le groupe italien El.Fi, propriétaire de Brandt, en décembre 2000. Malheureusement, le rachat ne permet pas de résoudre les problèmes de Moulinex, qui continue à souffrir de la concurrence, de coûts de production élevés et d'une dette importante.

Les restructurations et les fermetures d'usines alors initiées par Moulinex pour survivre ont entraîné de nombreux licenciements, mettant des milliers de personnes au chômage. Ainsi en 1996, l'entreprise annonce la suppression de 2 600 emplois dans le monde, dont 1 600 dans l'Hexagone. Deux ans plus tard, elle ferme l'usine de Mamers (Sarthe), et licencie 800 salariés. Lors de la fusion avec Brandt, ce sont près de 2 000 emplois qui sont supprimés.

Le groupe Moulinex-Brandt dépose finalement le bilan en septembre 2001 et est placé en liquidation judiciaire, entraînant la suppression de milliers d'emplois et la fin d'une histoire industrielle française emblématique. Un mois plus tard, SEB reprend une partie des activités des marques de Moulinex.

Après la reprise partielle de Moulinex-Brandt par SEB, environ 5 000 salariés sont licenciés, (dont 3 600 en Normandie), sur les 9 000 que compte le groupe. Cette situation a engendré des tensions sociales et des manifestations de la part des salariés, qui se sentaient abandonnés par leur entreprise et leurs dirigeants.

Les raisons du déclin et les leçons à en tirer

Les problèmes de gestion des ressources humaines ont joué un rôle important dans la chute de Moulinex. Le manque de formation et de communication interne, ainsi que la démotivation croissante des employés, ont conduit à une baisse de la productivité et de la qualité des produits.

Plusieurs raisons peuvent être invoquées pour expliquer le déclin de Moulinex. D'abord, l'entreprise n'a pas su s'adapter assez rapidement aux évolutions du marché mondialisé et à la concurrence accrue. Ensuite, la stratégie de restructuration et de délocalisation engagée par Moulinex n'a pas suffi à réduire les coûts de production de manière significative. Enfin, l'endettement croissant et la gestion interne, notamment en matière de ressources humaines et de relations avec les fournisseurs, ont également contribué à affaiblir la position de l'entreprise sur le marché.

La chute de Moulinex est le reflet d'une entreprise qui, après avoir connu un succès retentissant grâce à l'innovation et la qualité de ses produits, n'a pas su s'adapter aux défis posés par la mondialisation et la concurrence internationale. Son histoire nous rappelle l'importance de l'innovation constante et de la flexibilité pour assurer la pérennité d'une entreprise dans un monde en constante évolution. Les leçons tirées de la chute de Moulinex doivent servir d'exemple pour d'autres entreprises et les encourager à anticiper les changements du marché, à investir dans l'innovation et à mettre en place une gestion efficace des ressources humaines et des partenariats.

 
Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

Chef d'Entreprise Newsletter

Artisans Newsletter

Commerce Newsletter

Event

Event

Event

Les Podcasts de Chef d'Entreprise

Lifestyle Chef d'Entreprise

Artisans Offres Commerciales

Chef d'Entreprise Offres Commerciales

Commerce Offres Commerciales

Good News by Netmedia Group

La rédaction vous recommande

Retour haut de page