Recherche
Magazine Be A Boss
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine

5 start-up qui veulent changer le monde par la science

Publié par Amélie Moynot le

Repérées au Hello Tomorrow Challenge, un concours international de start-up dont la finale s'est tenue le 14 octobre 2016 à Paris, ces entreprises tricolores développent, dans différents domaines scientifiques, des produits et services visant à améliorer le monde de demain. Découverte.

Je m'abonne
  • Imprimer

NovaGray

Améliorer la prise en charge des patients atteints du cancer. C'est l'objectif de la start-up NovaGray, qui a mis au point un test prédictif pour identifier les patients les plus à même de développer des effets secondaires négatifs suite à un traitement par radiothérapie. Elle vise, avec cette offre, les centres de santé. " Une vingtaine en France nous intéresse ", précise Clémence Franc, dirigeante.

Née en 2015, la start-up a remporté de nombreux concours (I-Lab, Emergence...) et bénéficié à ce titre de près de 300 000 euros de financements. Elle a, en avril 2016, levé 300 000 euros supplémentaires pour optimiser sa R&D. Alors que son dispositif fonctionne pour les cancers du sein, elle mène actuellement des expérimentations pour étendre son usage aux cancers du poumon et de la prostate. La société souhaite également mettre en place des partenariats avec des centres français et européens. Avant une possible nouvelle levée de fonds en 2017.

Repères

Activité : tests médicaux
Siège social : Montpellier (Hérault)
Dirigeante : Clémence Franc, 26 ans
Raison sociale : SAS
Création : octobre 2015
Effectif : 2 personnes
CA 2015 : NC

HySiLabs

La solution de HySiLabs pour réduire la pollution ? Un carburant à base d'hydrogène (sans émission de carbone), de nature à remplacer l'essence dans les moteurs électriques. Autre particularité de ce produit : il est liquide. " Le premier marché visé est celui des groupes électrogènes ", précise Pierre-Emmanuel Casanova, président cofondateur de la société. Avec le nouveau carburant, assure-t-il, " le groupe électrogène ne vibrera pas, sera plus facilement manipulable et plus respectueux de l'environnement ".

Le modèle économique de la start-up est fondé sur la vente de savoir-faire et de transfert de technologie à des partenaires. Le carburant est actuellement testé chez deux entreprises dont un technopôle et une foncière. Ayant bénéficié de divers fonds et prêts pour se développer - près de 440 000 euros au total, pas encore intégralement débloqués - HySiLabs prépare pour ces prochains mois une levée de fonds de 1,5 million d'euros afin notamment de développer d'autres démonstrateurs sur un nouveau marché. Elle prévoit également de doubler son effectif en recrutant en majorité des profils techniques et un à deux commerciaux.

Repères

Activité : conception et vente de carburant
Siège social / locaux : Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) / Paris
Dirigeant : Pierre-Emmanuel Casanova, 28 ans, cofondateur avec Vincent Lôme et Eric Taupin
Raison sociale : SAS
Création : 2015
Effectif : 4 personnes
CA 2016 (prévisionnel) : 100 €
@Hysilabs

Norimat

Concevoir des éléments de moteurs d'avion plus performants, moins bruyants et moins consommateurs en énergie. L'une des vocations de Norimat, spécialisée dans la fabrication de pièces à haute valeur ajoutée pour l'aéronautique, le luxe, l'horlogerie.

" Le business model est fondé sur la vente d'études et la fabrication de matériaux prototypes, explique Romain Epherre, dirigeant de la start-up. A terme, nous souhaitons également lancer une activité de production ".

Lancée avec un capital de 20 000 euros, accueillie pendant un an au sein de l'incubateur Midi-Pyrénées, la société a par ailleurs bénéficié d'une aide de 6000 euros de la région Occitanie pour un dépôt de brevet (en cours). Elle souhaite en 2017 poursuivre les études, diversifier ses domaines d'application et recruter trois personnes dont deux profils techniques et un business developer.

Repères

Activité : conception de matériaux haute performance
Ville : Toulouse (Haute-Garonne)
Dirigeant : Romain Epherre, 31 ans
Raison sociale : SAS
Création : mai 2016
Effectif : 2 personnes
CA 2016 (prévisionnel) : 100 000 euros


© CNRS Photothèque / Cyril Frésillon

LightOn

Avec l'avènement du Big Data et des technologies d'intelligence artificielle, les processeurs existants vont atteindre leurs limites en termes de consommation énergétique et de quantité de données à gérer : " nous pensons que l'optique aura un rôle fondamental dans l'ordinateur du futur ", explique Laurent Daudet, cofondateur de la société LightOn, spécialisée dans le machine learning. L'idée : utiliser l'optique pour améliorer notamment le traitement de données. Une solution qui s'adresse aux industriels et aux data-scientists.

Prolongement d'un travail de recherche commencé à l'université, le projet - pour lequel un brevet a été déposé - est actuellement en test. La société, qui a développé un démonstrateur, est désormais en recherche de fonds d'amorçage. Elle prévoit en 2017 la mise en ligne d'une version prototype qui permettrait aux professionnels d'accéder gratuitement en cloud à la solution et de la tester sur des calculs complexes afin de proposer des retours d'expérience destinées à l'amélioration du produit. Elle envisage de dégager du chiffre d'affaires à partir de 2018.

Repères

Activité : développement de solutions informatiques
Ville : Paris VIe arr. (au sein de l'incubateur Agoranov)
Dirigeant : Igor Carron, cofondateur de la société avec Laurent Daudet, Sylvain Gigan et Florent Krzakala
Raison sociale : SAS
Création : juin 2016
Effectif : 4 personnes
CA 2015 : 0
@LightOnIO


Safety Line

Safety Line commercialise, auprès des acteurs de l'aéronautique, des solutions de Big Data destinées à aider ces derniers à optimiser leur maîtrise des risques, réduire leur consommation de carburant et leurs émissions de gaz à effet de serre ou encore améliorer la sécurité de leurs opérations portuaires. Pour cela, " nous réutilisons des données déjà disponibles, détournées de leur usage initial - par exemple les données des boîtes noires, ou celles des radars d'aéroport ", explique Pierre Jouniaux, dirigeant de la PME.

Ses clients sont les compagnies aériennes et les aéroports. Elle en compte une vingtaine dans le monde, dont une majorité en France, mais également en Afrique du Sud, en Arabie Saoudite ou encore au Sénégal. Parmi eux également figure Aéroports de Paris - Roissy Charles de Gaulle, avec lequel elle a développé un dispositif permettant, en utilisant les données radar, d'optimiser l'atterrissage en cas de neige sur les pistes. La commercialisation de ses solutions a débuté en 2013.

Après deux levées de fonds de 200 000 euros fin 2012 et 300 000 euros en 2014, Safety Line boucle actuellement une levée de fonds de 3 millions d'euros pour poursuivre son expansion à l'international tout en optimisant son développement produit. Elle travaille avec plusieurs laboratoires et organismes de recherche dont l'Inria. Après l'embauche d'un directeur commercial, un ancien vendeur de chez Airbus, à l'été 2016, elle renforcera son équipe commerciale avec la venue de nouveaux contrats.

Repères

Activité : solutions de Big Data pour l'aviation
Ville : Paris (le siège social est dans le XIXe et les locaux dans le XVe)
Dirigeant : Pierre Jouniaux, 47 ans
Raison sociale: SAS
Création : 2010
Effectif : 17 personnes
CA 2015 : 500 k€
@_SafetyLine

Hello Tomorrow Challenge

Le Hello Tomorrow Challenge est un concours international de start-up organisé par l'association du même nom, dans le cadre d'un sommet dédié à l'innovation et à la science dont la quatrième édition a eu lieu à Paris les 13 et 14 octobre 2016.

Dans neuf domaines (énergie, mobilité, data et intelligence artificielle...), 3500 candidatures ont été reçues. Les 5 start-up sélectionnées dans ce diaporama faisaient toutes parties du Top 69. L'une d'entre elles s'est particulièrement distinguée : NovaGray, qui dans la catégorie Soins de santé, a remporté le trophée, soit un chèque de 15 000 euros.

Le vainqueur du challenge, toutes catégories confondues, est Lilium, une start-up allemande pour qui le moyen de transport de demain sera ce jet futuriste. Elle a remporté 100 000 euros.

>> Retrouvez ici une partie du palmarès du concours de l'année dernière


Amélie Moynot

Amélie Moynot

Journaliste

Journaliste depuis 2009, j’ai rejoint la rédaction de Commerce Magazine, Artisans Mag’ et Chefdentreprise.com en 2015. Mes domaines de [...]...

Voir la fiche

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

Chef d'Entreprise Newsletter

Artisans Newsletter

Commerce Newsletter

Event

Event

Event

Les Podcasts de Chef d'Entreprise

Lifestyle Chef d'Entreprise

Artisans Offres Commerciales

Chef d'Entreprise Offres Commerciales

Commerce Offres Commerciales

l'Essentiel by NMG

Sur le même sujet

Retour haut de page