Recherche
Magazine Be A Boss
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine

La transformation digitale devient essentielle à la survie de l’entreprise

Publié par le - mis à jour à

Le Baromètre de la transformation digitale menée par OpinionWay pour le compte de TVH Consulting, souligne l’importance de la transformation digitale pour la survie de l’entreprise.

  • Imprimer

Texte

Le Baromètre de la Transformation Digitale*, mené par OpinionWay pour le compte de TVH Consulting, éditeur et intégrateur des solutions ERP-BI Microsoft et SAP, et soumis à 160 dirigeants d’ETI, prouve que ce sujet est devenu primordial. En effet, un sondé sur deux la déclare indispensable pour la survie de l’entreprise, et près de 9 sur dix indiquent qu’elle permet une meilleure expérience client omnicanale, ainsi qu’une optimisation de ses processus internes. La transformation digitale s’avère une mutation essentielle au bon fonctionnement des entreprises.

« 36% des sociétés se considèrent en retard », souligne William Rohfritsch, Directeur de l’offre de services Microsoft de TVH Consulting. « La crise du Covid a montré combien la transformation digitale (TD) est devenue indispensable pour s’adapter à de nouveaux contextes ou réagir rapidement, que ce soit en externe, comme pour affronter des disrupteurs comme Amazon, ou en interne avec le télétravail. C’est pourquoi 70% estiment la nécessité de faire évoluer leur système d’information (SI). »

Des outils obsolètes

En effet, nombre d’anciens systèmes (AS400, mainframes) et logiciels (bases de données, systèmes d’exploitation, logiciels spécifiques…) équipent encore les entreprises. « Ces outils obsolètes fonctionnent souvent avec des développements faits maison pour pouvoir échanger d’un système à l’autre », poursuit-il. « Au final, on passe plus de temps à maintenir le système en place plutôt que d’optimiser l’expérience client. Le changement est devenu nécessaire avec les réseaux sociaux et la concurrence exacerbée. Le SI doit se tourner vers l’extérieur pour savoir ce qu’on dit sur l’entreprise, anticiper les orientations qu’elle peut prendre et observer les nouveaux comportements clients et les nouvelles tendances… Ce qu’un SI ancien ne peut fournir. »

La TD s’articule autour de l’expérience utilisateur omnicanale (retail, distribution…) et l’outil industriel avec l’objectif d’augmenter les marges, de personnaliser les messages et l’offre, de pouvoir produire de petites séries sur mesure et d’offrir davantage de nouveaux services complémentaires dans des délais réduits – quitte à modifier son mode de fonctionnement (organisation, logistique…). « Cela suppose une agilité dans le processus de fabrication et d’y inclure une couche marketing omniprésente, grâce notamment à la business intelligence que propose SAP et des outils de Customer insights chez Microsoft par exemple », relève William Rohfritsch.

Intégrer les nouvelles technologies

La TD permet également la valorisation de l’entreprise et l’amélioration des processus internes. Pour ce faire, l’outil né de cette transformation doit satisfaire chacun par son ergonomie, sa simplicité d’usage et l’optimisation que la TD apporte pour la collaboration entre les différents services. Il doit permettre aussi de rajouter et bénéficier des nouvelles technologies comme l’intelligence artificielle ou le dialogue machine to machine pour encore mieux anticiper les choix des managers.

En outre, la TD permet de concrétiser une stratégie à l’aide d’un SI capable d’intégrer et d’analyser l’ensemble des informations que possède l’entreprise, quelles que soient leur natures (business, sociales, politiques, RH…). Mais, le changement fait peur et la question se pose du comment faire différemment. « On préfère maîtriser ce qu’on connaît que perdre le contrôle », reconnait William Rohfritsch. « Dans cette optique, il est préférable de réaliser une feuille de route concrète, dotée d’un plan de transformation qui prend en compte l’ADN de chaque entreprise. Il s’agit d’être plus mesuré dans la volonté de transformation pour opérer par brique fonctionnelle ou métier en privilégiant les cycles courts. Ceci a le bénéfice de maîtriser son projet ainsi que les investissements nécessaires, et surtout veiller à ce que la TD s’intègre dans les évolutions naturelles de l’entreprise, comme les rachats ou son développement géographique. »

 

*Etude OpinionWay menée auprès 160 dirigeants et décisionnaires d’ETI françaises. Echantillon interrogé par téléphone en juin 2021. OpinionWay a réalisé cette enquête en appliquant les procédures et règles de la norme ISO 20252.

La rédaction vous recommande

Retour haut de page